Biosurveillance: sortir de la prison molle de nos intérieurs

Par Paul B. Preciado

La gestion politique du Covid-19 augmente la tolérance des citoyens au contrôle cybernétique de l’État. Si nous voulons résister à la soumission, nous devons muter, comme le virus. Deuxième volet de la réflexion du philosophe Paul B. Preciado sur les leçons du Sras-CoV-2. Le premier est .

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les épidémies, par leur appel à un état d’exception, par l’imposition sans concessions des mesures extrêmes, sont de grands laboratoires d'innovation sociale, l'occasion d'une reconfiguration à grande échelle des techniques des corps et des technologies de pouvoir. Foucault a analysé le passage de la gestion de la lèpre à la gestion de la peste comme le processus par lequel les techniques disciplinaires de spatialisation du pouvoir ont été déployées dans la modernité. Si la lèpre avait été traitée avec des mesures strictement nécropolitiques qui excluaient le lépreux, le condamnant sinon à la mort, du moins à la vie en dehors de la communauté, la réaction à l'épidémie de peste a inventé la gestion disciplinaire et ses formes d’« inclusion exclusive » : la stricte segmentation de la ville et le confinement de chaque corps dans chaque maison.