Après le départ de Merkel, la droite européenne « déboussolée »

Par

Après le départ forcé de Viktor Orbán en mars, le retrait d’Angela Merkel laisse la droite européenne sans leader naturel, ni stratégie évidente. Des eurodéputés exhortent le PPE, le parti de la démocratie chrétienne en Europe, à « se ressaisir ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Strasbourg.– Les législatives allemandes du 26 septembre ont attesté, sinon d’un rebond structurel, en tout cas du retour de forme des sociaux-démocrates. Pour la première fois depuis 1998, le SPD est arrivé devant les chrétiens-démocrates de la CDU-CSU. Sous pression, le candidat conservateur, Armin Laschet, s’est dit prêt, jeudi dernier, à quitter la présidence de la CDU. Son échec est manifeste, la CDU-CSU ne recueillant que 11,2 millions de voix, contre 15,3 millions en 2017, pour la dernière candidature d’Angela Merkel. Même la CSU bavaroise perd du terrain (en retrait de sept points, d’un scrutin à l’autre).