Takieddine: son deal avec Chirac, les paiements de Hariri

Par et

Ziad Takieddine a fait intervenir l'ancien premier ministre libanais Rafic Hariri auprès de son «ami» Jacques Chirac afin de recevoir ses commissions bloquées sur la vente des frégates à l'Arabie saoudite. Mediapart révèle un courrier inédit du marchand d'armes à M. Hariri, et ses explications sur les 130 millions de dollars reçus. Un scénario qui laisse entrevoir un deal mettant fin à la querelle des commissions entre ex-balladuriens et chiraquiens.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le deal s'est fait sous Chirac. Le marchand d'armes Ziad Takieddine a bien été payé d'une partie des commissions qu'il réclamait sur la vente des frégates à l'Arabie saoudite, au cœur de l'enquête des juges Van Ruymbeke et Le Loire. Ces paiements, promis en 1994 par le gouvernement Balladur mais bloqués sur instruction du président de la République fin 1996, auraient été partiellement effectués, entre 1997 et 1998, grâce à l'intervention du premier ministre libanais Rafic Hariri auprès de Jacques Chirac, d'après plusieurs documents et témoignages recueillis par Mediapart.