Le Danube, terre d’exil

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

Sur les rives du Danube, de la Roumanie à la Bulgarie et à la Serbie, des régions entières sont en train de se vider, plombées par une démographie en berne et par un exode massif des forces vives vers l'Europe occidentale. Dans les campagnes des Balkans, il ne restera bientôt plus que des personnes âgées pour se rappeler l'histoire oubliée de cette grande migration.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rossen regarde la boisson gazeuse tourner dans son verre. Une chaleur moite cogne au-dessus de la terrasse qui donne sur quelques rangées de poireaux et de pommes de terre. Rossen n'a pas grand-chose d'autre à faire que d'observer les légumes pousser, hormis les jours où il se rend au marché. « Le problème, c'est que plus personne n'achète quoi que ce soit. Les gens n'ont pas d'argent et tout le monde cultive son potager pour tenter de survivre », explique-t-il.