A la CPI, les droits des accusés mis à mal par des problèmes budgétaires

Par

La Cour pénale internationale montre une fois encore son incapacité à exercer son mandat de manière efficace et juste : elle dit ne pas avoir les moyens financiers de tenir plus de deux procès à la fois, obligeant à interrompre certains des procès déjà ouverts.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La liste des dysfonctionnements de la Cour pénale internationale (CPI), installée à La Haye, vient encore de s’allonger : selon un de ses juges, le magistrat italien Cuno Tarfusser, la juridiction, qui dispose d’un personnel nombreux, est dans l’incapacité financière de mener plus de… deux procès à la fois.