Europe Reportage

A Berlin, Macron se pose en «pragmatique» pour amadouer Merkel

Le chef de l’État a exposé, lors de sa première visite officielle à Berlin lundi soir, sa méthode pour « refonder » l’Europe : réformes structurelles contre plan d'investissement. Mais il bute sur une difficulté : la solidarité budgétaire au sein de la zone euro reste un sujet tabou en Allemagne.

Ludovic Lamant

16 mai 2017 à 08h03

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

Berlin (Allemagne), de notre envoyé spécial. - Du premier ministre nommé quelques heures plus tôt à Paris, il n’en fut question qu’une poignée de secondes. « Nous allons prendre la discipline de ne pas parler de politique française à l’étranger », a évacué Emmanuel Macron lors de sa conférence de presse aux côtés d’Angela Merkel, lundi en fin de journée à Berlin.
La règle a le mérite de trancher avec les manières de son prédécesseur. François Hollande adorait commenter les soubresauts de la politique française, depuis son pupitre de chef d’État, lors des sommets à Bruxelles. Son successeur, lui, a voulu prendre de la hauteur. Il s’est présenté animé d’un seul objectif : face à la « colère » qui gronde, et aux populismes qui sévissent, il veut poser les bases d’« un acte de refondation » de l’Europe.
« Nous voulons créer une nouvelle dynamique », a renchéri la chancelière, particulièrement souriante tout au long de la soirée. N’en déplaise au nouveau président français, sa bonne humeur n’était sans doute pas seulement liée à la présence d’Emmanuel Macron. Le succès de son parti, la CDU, aux élections organisées la veille dans le Land le plus peuplé du pays y contribuait aussi largement : la déconfiture des sociaux-démocrates prépare le terrain à une confortable réélection de Merkel aux législatives de septembre.

Angela Merkel et Emmanuel Macron lundi 15 mai à Berlin © Fabrizio Bensch / Reuters.
Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Discriminations — Enquête
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
France — Enquête
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi
Dossier. L’affaire Tapie
Affaire Tapie : radiographie d’une escroquerie au cœur de l’État
Mediapart publie l’intégralité de l'arrêt de la cour d’appel de Paris qui décrypte la mécanique de l’escroquerie ayant permis à Bernard Tapie d’empocher frauduleusement 403 millions d’euros. Les magistrats résument le scandale d’une formule choc : « Les intérêts de M. Tapie étaient pris en considération au plus haut niveau de l’État. »
par Laurent Mauduit
Politique
Gauches : comment reprendre la main pour 2022 ?
Échaudées par les tentatives ratées de « triangulation » dans leurs propres rangs, et encouragées par l’actualité, les gauches recentrent leur discours sur le social. Mais se faire entendre reste une gageure dans un paysage médiatico-politique saturé par les thématiques identitaires.
par Mathilde Goanec et Pauline Graulle

Nos émissions

À l'air libre
par à l’air libre
À l'air libre
par à l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Romaric Godin
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik