Albanie: pouvoir, police et armée sont gangrénés par le trafic de drogue

Par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

L’Albanie du premier ministre social-démocrate Edi Rama a longtemps fait figure de « bon élève européen » dans les Balkans. Mais depuis 2014, la production et le trafic de drogue explosent, pesant près d'un tiers du PIB. Les Occidentaux haussent le ton face aux scandales à répétition qui impliquent le pouvoir et tous les partis.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tirana (Albanie), envoyés spéciaux.– Lundi 16 octobre à l'aube, la police de Catane, en Sicile, lance un coup de filet contre un gang albanais. La bande contrôlait un vaste trafic d'armes et de drogue, qui a généré un chiffre d’affaires de 300 millions d'euros ces quatre dernières années. Sept individus sont interpellés et un vent de panique balaie rapidement le gouvernement albanais.