Une «assemblée instituante» pour sauver l’Europe?

Par

Sortir l’Europe du marasme, d’accord, mais on s’y prend comment ? À l’approche du sommet de Bratislava, censé tirer les leçons du Brexit pour l’avenir de l’UE, le Français Pierre Calame plaide pour une « assemblée instituante » à base de tirage au sort et de cahiers de doléances, qui pourrait terminer ses travaux avant les européennes de 2019.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est devenu le passe-temps favori des observateurs de l’Europe : dresser la liste des crises qui risquent d’engloutir l’UE. Cet été encore, les « polycrises » – pour reprendre le terme cher à Jean-Claude Juncker, le patron de la Commission – ne manquent pas. Elles ont un point commun : elles semblent toutes extrêmement complexes à résoudre.

La santé des banques italiennes – et de l’économie de la Péninsule en général – menace de relancer la crise de l’euro à l’automne. L’énième raidissement du régime turc fragilise un peu plus l’accord conclu entre Bruxelles et Ankara sur les migrants en début d’année, alors qu’un référendum explosif sur le sujet se prépare dans la Hongrie de Viktor Orban.

Les récents regains de tension entre Moscou et Kiev sur la Crimée, eux, risquent de tuer ce qu’il reste des « accords de Minsk » de 2015. Quant au Brexit, rien n’est réglé : la traduction concrète du référendum de juin va mobiliser les énergies d’une armée de négociateurs pendant des années à Bruxelles, tant la stratégie de Londres semble, deux mois après le vote, encore très floue. Autant de dossiers, pour ne citer que ceux parmi les plus médiatisés de l’été, qui malmènent l’avenir de l’UE.