Priorités Santé 2/5. La menace de l'antibiorésistance

Par Mathilde Goanec

Les bactéries résistent, mutent, s'adaptent à grande vitesse. Pour preuve, certains antibiotiques mis au point après la Seconde Guerre mondiale ne seront bientôt plus efficaces. Les patients en prennent trop, les animaux aussi, et la recherche est en panne. Le retard sera difficile à combler.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La « Salmonella Kentucky » a rejoint la « New Delhi métallo-beta-lactamase » dans la liste des bactéries multirésistantes aux antibiotiques. Cette souche, que les chercheurs de l'Institut Pasteur pistent depuis une décennie, connaît une explosion sans précédent depuis 2006, selon une étude publiée en mai dernier dans la revue The Lancet Infectious Diseases. Résistante aux fluoroquinolones, antibiotiques puissants utilisés massivement chez l'homme comme chez l'animal, sa zone de contamination s’est progressivement élargie à toute l'Afrique et au Moyen-Orient. Tourisme médical, transport d'animaux d'élevage, ces bactéries résistantes voyagent sans encombre jusqu'en Europe. « On n'avait jamais vu ça, s'alarme le chercheur François-Xavier Weill, responsable du Centre national de référence sur les salmonella à Paris. Ce sont des bactéries qui résistent à tout ! Avant, une souche résistante, c'était une anomalie. Aujourd'hui, c'est banal. Et le processus va vite, très vite. »