Soylândia, le déséquilibre environnemental

Par

La culture intensive du soja a fait des ravages dans la forêt amazonienne, qui est toujours perçue comme un territoire à exploiter pour son bois, sa bauxite, son potentiel hydroélectrique… Les gouvernements brésiliens successifs, depuis la dictature des années 1970 jusqu’à aujourd’hui, n’ont jamais compris la diversité et les ressources de cette zone.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Brésil, de notre envoyé spécial.-  Par endroits, la route est constellée de trous, dont certains dépassent tant la largeur de la voiture que la hauteur d’un pneu. À d’autres moments, le bitume s’arrête pour laisser place à des dizaines de kilomètres de latérite, projetant des nuages de poussière en période sèche et créant des ornières de boue en saison des pluies. Mais, pour l’essentiel, la BR-163 se déroule aussi bien qu’on puisse l’exiger au cœur de la forêt amazonienne. Les dizaines de milliers de camionneurs qui la parcourent quotidiennement ne se plaignent pas, ils sont habitués. Sauf lorsque les intempéries se déchaînent tellement que la piste devient impraticable. Alors le trafic s’accumule, comme cela s’est produit en février dernier, à la suite de lourdes pluies, créant un embouteillage gigantesque en pleine jungle : une file ininterrompue de camions s’est formée sur 50 kilomètres en attendant la remise en état de la route.