Céline Spector: « L’Europe a perdu l’occasion d’un moment constituant »

Emmanuel Macron place la « souveraineté européenne » au cœur de sa présidence de l’UE, tandis que Varsovie conteste la primauté du droit européen... Entretien avec la philosophe Céline Spector, qui s’en prend aux réflexes souverainistes et se refuse à désespérer de l’Europe, dans un essai récent.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Professeure de philosophie politique à la Sorbonne, Céline Spector a publié à l’automne un essai au titre mêlant grec et espagnol - ou italien, ou anglais : No Demos ? (Seuil). À partir d’une ample réflexion sur le concept de souveraineté, concept au cœur de la présidence française de l’UE qui s’ouvre le 1er janvier, elle dénonce le raisonnement de certains courants souverainistes, tenants de la « no demos theory », pour qui il ne peut exister de démocratie à l’échelle européenne, puisqu’il n’existe pas de peuple européen.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal