Russie, Venezuela et Algérie sont frappés de plein fouet par la chute des prix du pétrole

Par , et

Lors de la réunion de l'OPEP, l'Arabie Saoudite a décidé de continuer à laisser chuter le prix de l'or noir, qui a déjà décroché de 35 % en six mois. La Russie, le Venezuela et l'Algérie vont au-devant de graves problèmes économiques. Tout comme des compagnies ayant beaucoup misé sur le pétrole de schiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La guerre des prix du pétrole est officiellement déclarée. Jeudi 27 novembre, lors de leur réunion bisannuelle à Vienne, les douze pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ont décidé de ne pas réduire le nombre de barils de pétrole qu’ils s’autorisent à produire. Le plafond de 30 millions de barils par jour, fixé en décembre 2011, a été maintenu. Officiellement, le but du cartel des pays producteurs (qui produisent un tiers du pétrole mondial) est de « restaurer l’équilibre du marché ». « Nous cherchons un prix juste », a affirmé le secrétaire général de l’organisation, Abdalla El-Badri.