Le décret anti-immigrés de Trump soulève un tollé mondial

Par

Des milliers de personnes ont manifesté contre le décret signé vendredi 27 janvier par le président des États-Unis, interdisant l’accueil des réfugiés et l’entrée des ressortissants de sept pays du Moyen-Orient. Il y ajoute une exception qui confirme la discrimination anti-musulmane promise pendant sa campagne : seules les minorités religieuses de ces pays seront considérées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

New York (États-Unis), de notre correspondant.-  Un répit. Un bien maigre répit mais qui peut enrayer provisoirement la machine folle de la Maison Blanche. Dans la soirée du samedi 28 janvier, une juge fédérale, Ann Donnelly, saisie par les associations de défense des droits civiques, a suspendu une partie de l’application du texte « Protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux États-Unis », signé la veille par Donald Trump, qui interdit l’entrée sur le territoire américain aux ressortissants du Moyen-Orient. La juge a pris un sursis d’urgence qui interdit momentanément l’expulsion des personnes arrivées avec un visa valide aux frontières américaines. La décision est valable sur l’ensemble du territoire, en attendant un jugement sur le fond quant à la constitutionnalité de ce décret.