La nostalgie des territoires perdus, vecteur du nationalisme hongrois

Le traité de Trianon qui a amputé le royaume de Hongrie après la Première Guerre mondiale est, près d’un siècle plus tard, un marqueur puissant du nationalisme hongrois. Les minorités magyares disséminées dans les pays riverains de la Hongrie représentent des enjeux de pouvoir et des leviers politiques importants en Europe centrale.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Depuis vingt ans, chaque dernier week-end du mois de mai, un phénomène extraordinaire se produit à Kübekháza, un petit village de mille cinq cents habitants adossé à la frontière sud de la Hongrie. Les frontières qui s’étaient abattues après la Première Guerre mondiale s'ouvrent, laissant libre le passage aux résidents des villages voisins de Beba Veche, en Roumanie, et de Rabe, en Serbie.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal