Des réfugiés à la merci des algorithmes

Drones qui survolent des camps d’exilés, scanner d’empreintes digitales, détecteurs de mensonges… En l’absence de cadre légal, les expérimentations menées aux frontières européennes sont de plus en plus intrusives. Ce qui inquiète eurodéputés, avocats et ONG.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est un terrain de basketball extérieur au sol ocre tranché par des lignes blanches et un filet de volley-ball. Une aire de jeux multisports en apparence banale, exception faite des barbelés qui la clôturent et des caméras qui la surveillent. Construite à Samos, île grecque à quelques kilomètres de la frontière turque, l’aire trône au milieu d’un immense camp de réfugié·es où les corps en exil sont sous surveillance permanente.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal