Chroniques

  • Johnny Hallyday: un déni tellement français

    Par

    Les obsèques de Johnny Hallyday ont rassemblé à Paris une foule impressionnante. Un million de personnes peut-être. Cet événement dépasse donc la rubrique people et spectacle, et devient un fait de société. Que dit-il de la France ? Le débat a fait rage tout au long du week-end.

  • L’humanité déplacée de Coetzee

    Par Tiphaine Samoyault (En attendant Nadeau)
    L'auteur de "L’Éducation de Jésus" © Jerry Bauer L'auteur de "L’Éducation de Jésus" © Jerry Bauer

    Quatre ans après Une enfance de Jésus, Coetzee poursuit logiquement avec L’éducation de Jésus, continuant d’occuper le blanc des Évangiles qu’avaient déjà tenté de remplir quantité de textes apocryphes. Mais nous ne sommes plus en Palestine au Ier siècle et aucun des personnages ne s’appelle Jésus. Parce que tout est déplacé, il faut reprendre toutes les questions, sans forcément trouver de réponses.

  • Hommage à Johnny: allumer la communion nationale

    Par
    capture-d-e-cran-2017-12-09-a-17-22-34

    Les obsèques « populaires » de Johnny Hallyday furent, entre panem (bénit) et circenses, d’une portée symbolique soulignée par Emmanuel Macron : « Il s’offrait entièrement, terriblement, furieusement à vous. » Choses vues à la télévision…

  • La Parisienne Libérée: «Prison dedans, prison dehors»

    Par
    « Le détenu-dehors devient son propre maton, administre sa peine, en assure la gestion » © LPL « Le détenu-dehors devient son propre maton, administre sa peine, en assure la gestion » © LPL

    Dans ce nouveau Mix de La Parisienne Libérée : un État répressif qui plaide coupable, des détenus-dehors qui se surveillent eux-mêmes, des cellules par milliers et la fin du régime d’exception pour les prisonniers politiques basques !

  • «Les Gardiennes», des femmes à l’épreuve de la guerre

    Par
    Iris Bry et Nathalie Baye dans "Les Gardiennes" Iris Bry et Nathalie Baye dans "Les Gardiennes"

    Austère et précis, sobre jusque dans le lyrisme, Xavier Beauvois ajoute avec Les Gardiennes, qui sort en salle mercredi 6 décembre, une nouvelle pierre à une œuvre conçue comme un temple ou un mausolée. Le récit se déroule pendant la Grande Guerre et donne à voir des femmes s’efforçant d’assurer la survie d’une ferme. L’autorité qu’elles acquièrent leur est aussitôt reprise lorsque les maris rentrent du front.

  • Pour remercier Jean d’Ormesson

    Par
    capture-d-e-cran-2017-12-05-a-09-33-56

    Jean d’Ormesson est mort, vive Ormesson ! Bruit de fond médiatique ayant valeur de deuil national. Nous enterrons un rapport national névrotique au grand écrivain avec ce petit maître ayant soigné ses extrêmes apparitions…

  • Europe Ecologie: le fantôme que tout le monde s’arrache

    Par

    Hulot en couverture de L’Obs, Cécile Duflot à la convention du mouvement de Benoît Hamon, la présence centrale de l’écologie dans le discours de Jean-Luc Mélenchon, et pour finir Barack Obama qui évoque le climat samedi à Paris. Les écolos n’existent plus, mais ils existent encore.

  • Usul. Ecologie: on n’est pas dans la merde

    Par Usul et Rémi Liechti
    usul-ecologie

    Afin de sauver la planète et de parvenir à vous intéresser à l’écologie, Usul et Cotentin présentent un film documentaire de leur cru. Il y est question de pollution, de singes, de grenouilles et, bien sûr, de voyages, parce que pour parler d’écologie, rien de tel que de prendre plein de fois l’avion pour aller aux quatre coins du monde. Pour « éveiller les consciences », évidemment.

  • Trafic d’or: un homme d’affaires accuse Erdogan devant un tribunal new-yorkais

    Le président turc Recep Tayyip Erdogan. © Reuters Le président turc Recep Tayyip Erdogan. © Reuters

    Témoin clé d’un procès à New York sur un trafic d’or visant à contourner via la Turquie les sanctions américaines contre l’Iran, l’homme d’affaires turco-iranien Reza Zarrab a accusé le président turc Recep Tayyip Erdogan d’avoir aidé activement les trafiquants.

  • Le désir des spectres

    Par Ulysse Baratin (En attendant Nadeau)
    didi-huberman-couv

    Ce livre est d’abord un poème de Niki Giannari intitulé Des spectres hantent l’Europe. Il accompagne un documentaire éponyme qu’elle a tourné avec Maria Kourkouta dans un camp de migrants en Grèce. Georges Didi-Huberman commente l’ensemble, en tant qu’historien de l’art et philosophe. Poursuivant une réflexion au long cours, il engage à reconsidérer l’une des questions les plus graves de notre époque.