Chroniques

  • Usul. Ventes d’armes: une passion française

    Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul
     © Mediapart © Mediapart

    Les apôtres du déclin traitent la France comme un mauvais élève de la mondialisation, comme un pays qui ne saurait pas tirer son épingle du jeu de la concurrence internationale. C’est pour cela que cet épisode est consacré au commerce des armes, un domaine dans lequel l’Hexagone fait mieux que beaucoup de ses voisins.

  • Un documentaire épingle la banalité maléfique des violences policières

    Par
    capture-d-e-cran-2018-11-12-a-17-06-23

    France 3 diffusait lundi 12 novembre, vers 23 h 50 (!), Police, illégitime violence, un documentaire de Marc Ball qui décrit et analyse les ressorts et les aboutissants des abus de contrôles d’identité, à Paris (XIIe) et à Argenteuil (Val-d’Oise). Effarant.

  • Usul. Chasse, pêche, nature et politique

    Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul
     © Mediapart © Mediapart

    Emmanuel Macron assume sa proximité avec le lobby de la chasse et baisse le prix du permis de chasse. Mais cette bonne entente n'est pas nouvelle: les chasseurs ont appris depuis longtemps à obtenir du pouvoir les mesures les plus arrangeantes.

  • Le 11 Novembre 2018, ou les funérailles du multilatéralisme

    Par
    capture-d-e-cran-2018-11-11-a-17-22-58

    La télévision est un boomerang. Les imprévus, les images et les discours, que les récepteurs interprètent à rebours des intentions de l’émetteur, aboutissent à l’opposé de ce qui fut programmé. Ce 11 Novembre y a moins que jamais échappé.

  • «L’Ecole des femmes» de Molière à l’Odéon: #MeToo itou et avant tout

    Par
    De gauche à droite : Suzanne Aubert (Agnès) et Claude Duparfait (Arnolphe). © Théâtre de l'Odéon De gauche à droite : Suzanne Aubert (Agnès) et Claude Duparfait (Arnolphe). © Théâtre de l'Odéon

    La mise en scène de Stéphane Braunschweig, servie par d’excellents acteurs mis en tension dans une atmosphère sombrement électrisante, hisse L’École des femmes de Molière entre le rire affranchissant et la conscience d’un féminicide à l’œuvre.

  • Usul. Les jobs à la con

    Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul
     © Mediapart © Mediapart

    Certaines tâches proposées par le marché du travail ont une utilité sociale mesurable et incontestable, quand d’autres semblent n’exister que pour vous occuper, semblent ne satisfaire aucun des besoins de la société. À quoi servent donc ces « bullshit jobs » ?

     

  • Avec «En liberté!», Pierre Salvadori bonifie son art de la comédie

    Par
    Pio Marmaï et Adèle Haenel, dans "En Liberté !". Pio Marmaï et Adèle Haenel, dans "En Liberté !".

    Retour en salle du champion de la comédie française. En liberté !, le nouveau film de Pierre Salvadori, flirte avec le genre policier pour s’interroger sur les rapports entre le mensonge et la violence, entre les quiproquos et les coups, entre la justice et la fable. Le sujet est aussi grave que le film est drôle, aussi casse-gueule que celui-ci est réussi. 

  • Usul. L’affaire Kohler, une bombe à retardement

    Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul
     © Mediapart © Mediapart

    L’arrivée au pouvoir d’une bande de hauts fonctionnaires très portés sur le monde des affaires ne pouvait pas se faire sans soulever des conflits d’intérêts. Cette question est au cœur de l’affaire Alexis Kohler, qui n’a pas encore suscité l’intérêt du grand public, sans doute du fait de sa complexité. Usul a donc décidé de la décrypter.

  • Rimbaud et les «Illuminations», déni de paternité

    Par
    Arthur Rimbaud et Germain Nouveau. Arthur Rimbaud et Germain Nouveau.

    Dans un ouvrage rigoureux paru aux éditions Non Lieu, Yalla Seddiki s’attelle à déconstruire la théorie attribuant les Illuminations de Rimbaud au poète Germain Nouveau. Cette querelle déjà ancienne est symptomatique d’un désir de dépossession aux multiples ressorts.

  • Usul. «Tourists go home!»

    Par Morgane Jacob, Rémi Liechti et Usul
     © Mediapart © Mediapart

    La France se réjouit d'attirer chaque année un nombre croissant de touristes venus du monde entier. Mais à Lisbonne, Barcelone ou Venise, nos voisins se plaignent de l'afflux de ces mêmes visiteurs. Devrions-nous, à notre tour, nous inquiéter davantage de ce « grand remplacement », que des réfugiés de l’Aquarius ?