Dominique Conil

Ecrivain, avec parcours journalistique... Entres autres: Libération longtemps, l’Autre Journal, l’Evènement du Jeudi, l’Humanité, France Inter (Cosmopolitaine).

Livres : Notre Justice, Flammarion (enquête-essai), En espérant la guerre (Actes Sud), Une fille occupée (Actes Sud 2011), Anna Politkovskaïa,

non à la peur (Actes sud junior, mai 2012).

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Canevas : imposture et drôle de trame (2/2)

    En s’inspirant d’une histoire réelle, l’écrivain Benjamin Stein a construit un extraordinaire double thriller métaphysique et philosophique, Canevas : usurpation de malheur, identité, foi… et vérités relatives. Le lecteur peut aussi bien aborder Canevas par la droite que par la gauche, et un sous-titre différent figure sur chaque couverture. Après vous avoir présenté ce roman côté Jan Wechsler, voici sa version côté Amnon Zichroni. Avec extraits en fin d'article.

  • Canevas: impostures et drôle de trame (1/2)

     © DR © DR

    En s’inspirant d’une histoire réelle, l’écrivain Benjamin Stein a construit un extraordinaire double thriller métaphysique et philosophique : usurpation de malheur, identité, foi… et vérités relatives. Extraits en fin d'article.

  • Liquidations au Parti des fusillés

    Par

    1952, année politique. 1952, année érotique (pour certains). Sur des modes très différents, les écrivains Gérard Guégan et Jean-Pierre Le Dantec revisitent cette période de purge dans les rangs du PC : Aragon énamouré et Georges Guingouin traqué. Quand les héros deviennent indésirables.

  • Pères courages et fils fautifs

    Par

    C’est sur une île italienne, haut lieu pénitentiaire, que Francesca Melandri revisite magnifiquement amour paternel et années de plomb, invente une humanité blessée, mais obstinée et vaccinée. C’est près du lac de Tibériade qu’Hubert Mingarelli revisite, lui, silence paternel, peur au quotidien et apprivoisement des humains par les chiens. Extraits en fin.

  • Sonallah Ibrahim, l'écrivain revenu du froid

    Par
     © DR © DR

    Rencontre avec l’un des auteurs égyptiens contemporains les plus lus, les plus traduits, les plus caustiques et les plus irréductibles, à propos entre autres de son dernier livre, Le Gel, un roman qui ne parle aucunement du Printemps arabe mais de l’hiver socialiste à Moscou, soit la période brejnévienne, dite de glaciation. Extrait en fin.

  • « Victor et Macha » : le livre du rire et de l'oubli israélien

    Par
    Sur son cou: langue, en russe © DR Sur son cou: langue, en russe © DR

    Elle dérange, Alona Kimhi, ex-émigrante soviétique à l'âge de six ans, en passe de devenir écrivain israélien majeur. Féroce, drôle, dynamitant la geste sioniste, incontrôlable, brouillant les frontières entre intime et historique, militante. Un plaisir de lecture. Entretien vidéo et extrait du livre.

  • James Agee : le journalisme c'est coton, même en saison

    Par
    Floyd Burroughs et les enfants Tingle © Walker Evans Floyd Burroughs et les enfants Tingle © Walker Evans

    Une saison de coton, mythique reportage de James Agee à l’origine de Louons maintenant les grands hommes, était un texte disparu depuis 1936. Retrouvé, le voici enfin publié. Incroyablement actuel. Une idée de ce que le journalisme peut être, parfois.

  • Paris-Moscou, allers et retours en classe tous risques

    Par
     © DR © DR

    Traduit en français pour la première fois, le journal bilingue de Gueorgui Efron, fils de Marina Tsvetaeva, est un document exceptionnel. Le quotidien d’un adolescent qui a grandi en France, parti pour Moscou : happé par les purges, la guerre, la désintégration de sa famille. Luba Jurgenson, elle, dans Au lieu du péril, explore, d’anecdotes en réflexions, ces allers-retours entre deux langues qui l’ont construite. Avec en prime deux joyaux réédités chez Actes Sud.

  • Little Dorrit sur Arte: «Le Capital» selon Dickens

    Par
     © DR © DR

    « Plus séditieux que Le Capital de Karl Marx », jugeait G.B. Shaw, à propos de Little Dorrit, de Charles Dickens. Arte diffuse tous les jeudis à partir de ce soir cette série séditieuse.

  • Goncourt 2014. Lydie Salvayre : no pasarán!

    Par

    Et elle ne passe pas, la mémoire. Elle innerve le temps présent. Lydie Salvayre dit, superbement, la liberté d’une femme entre Histoire et carcan d’une société, le courage de Bernanos, l'insurrection libertaire, la complexité des vies. Article précédemment publié le 10 septembre. Extrait en fin.