Ellen Salvi

Ses Derniers articles

  • Anne Hidalgo place Emmanuel Macron face à son irresponsabilité

    Par
    Emmanuel Macron et Anne Hidalgo, le 24 juillet 2020. © Franck Fife/AFP Emmanuel Macron et Anne Hidalgo, le 24 juillet 2020. © Franck Fife/AFP

    En proposant un reconfinement pour lutter contre la dégradation sanitaire en Île-de-France, la mairie de Paris pose une question que les soutiens d’Emmanuel Macron refusent d’envisager : et si « l’épidémiologiste en chef » s’était trompé ?

  • Darmanin-Le Pen: un débat à Front renversé

    Par
     © Capture d’écran France 2 © Capture d’écran France 2

    Jeudi soir, le service public a permis à Gérald Darmanin et Marine Le Pen de débattre de leurs obsessions communes. Un échange rempli d’amabilités et de convergences de vue, durant lequel le ministre de l’intérieur a même jugé la présidente du RN « plus molle » que lui.

  • Pour la jeunesse, Macron continue de proposer une politique de rustines

    Par
    Emmanuel Macron à la Maison des étudiants de l’Université Paris-Saclay, le 21 janvier. © Yohan Valat/Pool/AFP Emmanuel Macron à la Maison des étudiants de l’Université Paris-Saclay, le 21 janvier. © Yohan Valat/Pool/AFP

    La précarité de plus en plus visible des jeunes bouscule les rangs macronistes. Entre mesures d’urgence et recyclage de promesses de campagne, l’exécutif tente de se tirer d’une situation devenue très politique, à l’approche de la présidentielle.

  • Violences sexuelles: jusqu’où peut aller un avocat?

    Par
    Éric Dupond-Moretti au tribunal de Paris, en 2018. © Éric Feferberg/AFP Éric Dupond-Moretti au tribunal de Paris, en 2018. © Éric Feferberg/AFP

    La vague #MeTooInceste a fait resurgir une ancienne plaidoirie du garde des Sceaux Éric Dupond-Moretti dans laquelle il était question d’« inceste consenti ». Tous les moyens sont-ils bons pour assurer la défense d’un client ? Mediapart a interrogé plusieurs pénalistes sur les liens qu’entretiennent la justice et la morale.

  • Derrière la crise sanitaire, la com’ «inacceptable» d’Emmanuel Macron

    Par
    Emmanuel Macron en Conseil de défense, en novembre 2020. © Thibault Camus/Pool/AFP Emmanuel Macron en Conseil de défense, en novembre 2020. © Thibault Camus/Pool/AFP

    Divisé sur les mesures à prendre face à la recrudescence épidémique, l’exécutif sombre dans une communication erratique, qui peine à masquer ses contradictions. 

  • Covid-19: un couvre-feu pour couvrir des failles

    Par
    Conférence de presse gouvernementale du 14 janvier 2020. © Myriam Tirler/Hans Lucas via AFP Conférence de presse gouvernementale du 14 janvier 2020. © Myriam Tirler/Hans Lucas via AFP

    Le couvre-feu va s’appliquer à 18 heures sur l’ensemble du territoire, pendant au moins deux semaines. Pris en étau entre les inconnues du virus et ses propres dysfonctionnements, l’exécutif tente de rattraper son loupé sur le démarrage de la campagne de vaccination. Un œil sur ses voisins européens, l’autre sur la présidentielle de 2022.

  • Gilets jaunes et Capitole: une déraisonnable exploitation politique

    Par et
    A Washington, le 6 janvier. © Roberto Schmidt/AFP A Washington, le 6 janvier. © Roberto Schmidt/AFP

    L’intrusion violente de militants pro-Trump au Capitole a inspiré à certains élus LREM et RN une analogie avec les gilets jaunes. Les deux camps se sont attaqués mutuellement, la majorité en profitant aussi pour fustiger les Insoumis.

  • Les vœux surjoués d’Emmanuel Macron

    Par
    Les voeux d'Emmanuel Macron, le 31 décembre. © Quentin De Groeve/Hans Lucas via AFP Les voeux d'Emmanuel Macron, le 31 décembre. © Quentin De Groeve/Hans Lucas via AFP

    Le chef de l’État a consacré l’essentiel de ses vœux pour l’année 2021 à remercier les Français pour leurs « sacrifices ». Ce faisant, Emmanuel Macron a aussi pu cacher ses propres manquements, en s’incluant dans ce « nous » dont il affirme être « fier ».

  • Anne Hidalgo se prépare pour 2022, en divisant à gauche

    Par et
    Emmanuel Macron et Anne Hidalgo, en février 2018. © Ludovic Marin/AFP/Pool Emmanuel Macron et Anne Hidalgo, en février 2018. © Ludovic Marin/AFP/Pool

    La maire socialiste de Paris tente d’occuper l’espace politique du centre-gauche, « pierre angulaire » de l’élection de 2017, laissé vacant par Emmanuel Macron. Son pari : marginaliser ouvertement les écologistes et séduire discrètement les Marcheurs déçus.

  • Le conseiller anti-Macron de la ministre Darrieussecq

    Par

    Le nouveau conseiller « mémoire et citoyenneté » de la ministre déléguée chargée de la mémoire et des anciens combattants appartient aussi au « gouvernement » du mouvement République souveraine, fondé par l’ex-Insoumis Djordje Kuzmanovic. Contre la macronie, ses politiques et ses fondements.