Joseph Confavreux

Journaliste à France Culture entre 2000 et 2011, il a rejoint Mediapart en mai 2011. Joseph Confavreux est membre du comité de rédaction de la revue Vacarme, a codirigé le livre La France invisible (La Découverte, 2006) et a publié deux autres ouvrages, Egypte :histoire, société, culture (La Découverte, 2009), et Passés à l'ennemi, des rangs de l'armée française aux maquis Viet-Minh (Tallandier, 2014). Il est aussi co-rédacteur en chef de la Revue du Crieur.

Consultez ici ma déclaration d'intérêts.

Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Photographier la RGPP

    Par
     © David Desaleux © David Desaleux

    Comment montrer la réalité d’un sigle abstrait ? Un ouvrage de photographies et de témoignages sur la DDE du Rhône tente d’approcher concrètement, humainement et visuellement, la Révision générale des Politiques publiques (RGPP). Que produit-elle dans les endroits où elle s’applique ? Et quels paysages administratifs peut-on alors contempler lorsque ses principes sont mis en œuvre ?

  • La Grèce et l’Europe : une histoire longue

    Par

    Depuis le 24 juillet, la « troïka » est de retour en Grèce pour décider du versement du plan d’aide européen, au moment où le vice-chancelier allemand s’interroge publiquement sur le maintien du pays dans l’Euro. Mais la place de la Grèce dans l’Europe ne se mesure pas seulement en termes économiques. Elle obéit aussi à des raisons politiques et symboliques. Entretien avec l’historien Dimitri Skopélitis.

  • «Guerre civile ne veut pas dire guerre sectaire en Syrie»

    Par

    Alors que s’est engagée une bataille décisive à Alep, la seconde ville du pays, entre l’Armée syrienne libre et les troupes fidèles à Bachar al-Assad, François Burgat, chercheur au CNRS et à l’Institut français du Proche-Orient, revient sur la situation en Syrie et les conséquences de cette guerre civile sur la région.

  • Avignon 2012 : Festival apaisé pour théâtre fracturé

    Par

    À mi-parcours du Festival d’Avignon, les spectacles sont nombreux, divers, intéressants et peu marquants. Les salles sont pleines, les querelles esthétiques en mode mineur, et le président de la République célèbre Jean Vilar. Mais le théâtre français va-t-il bien pour autant ?

  • En finir avec la monarchie culturelle

    Par

    François Hollande se rend au festival d’Avignon ce dimanche 15 juillet. Une visite officielle du Président de la République inédite depuis 1981. Durant la campagne, il avait annoncé une « loi d’orientation sur le spectacle vivant » : une de ses rares propositions en matière de politique culturelle. Mais celle-ci doit, avant tout, rompre avec les habitudes monarchiques et les pratiques de cour, caricaturales sous le dernier quinquennat, et également inscrites dans les gènes d’une certaine gauche culturelle.

  • Tombouctou, le mythe et la destruction

    Par

    Les extrémistes d'Ansar Eddine ont de nouveau attaqué des mausolées à Tombouctou. Par ce geste, ils s'en prennent à la fois à des lieux de culte d’autres musulmans et lancent un défi à l’Occident. Entretien avec le chercheur Charles Grémont sur la situation au Nord-Mali.

  • Comment Terra Nova a irrigué la gauche

    Par

    Olivier Ferrand, le président de Terra Nova, est mort, samedi, d'un arrêt cardiaque. Créé en 2008 sur les ruines intellectuelles de la gauche de gouvernement, son centre d'études, critiqué pour sa proximité avec Michel Rocard et son tropisme « techno », contribue depuis sa création à réveiller le débat public. Enquête.

  • Où est passée la critique sociale ?

    Par
    Philippe Corcuff. Philippe Corcuff.

    Si la gauche revenue au pouvoir ne paraît pas prendre la mesure des transformations à mener, est-ce parce que nous manquons de critique sociale ? Le sociologue Philippe Corcuff s’interroge, dans son dernier livre, sur l’éparpillement des pensées critiques. Un ouvrage qui est à la fois un discours de la méthode et un manuel de savoir s’engager.

  • Egypte: les voix confisquées, la parole libérée

    Par

    L’annonce, après plusieurs jours de flottement, de la victoire du candidat des Frères musulmans, Mohamed Morsi, à la présidentielle, ne change pas fondamentalement la donne égyptienne. L’incertitude politique et institutionnelle domine, et les voix de l’élection présidentielle risquent d’être confisquées comme l’ont été les suffrages législatifs, avec la dissolution du Parlement. En dépit de cela, l’Egypte post-révolutionnaire est marquée par une intense prise de parole, politique et personnelle, qui bouleverse les habitudes sociales comme les espaces publics. 

  • A Alexandrie, le salafisme réel ne fait pas peur

    Par

    Contrairement à ce qui se passe en Tunisie, les salafistes d’Egypte, dont Alexandrie est le bastion historique, ne sont pas dans une stratégie de tension avec le pouvoir. Ils affichent un visage présentable et les habitants de la cité méditerranéenne ne les craignent pas. En dépit de leur succès électoral de cet hiver, Alexandrie n’a pas brusquement basculé du cosmopolitisme au salafisme.