Rozenn Le Saint

Spécialisée en santé-social Voir ses activités dans le club

Ses Derniers articles

  • Plongée dans la fabrique à antidotes de l’armée française

    Par
    Dans le laboratoire de contrôle qualité de la Pharmacie centrale des armées. © RLS Dans le laboratoire de contrôle qualité de la Pharmacie centrale des armées. © RLS

    Pour parer aux attaques chimiques ou nucléaires, il existe en France un laboratoire unique et hautement stratégique. Cette Pharmacie centrale des armées, qui fabrique aussi des kits de survie pour les militaires en zone de guerre, a accepté d'ouvrir ses portes à Mediapart. Reportage.

  • Le RN condamné pour licenciement abusif de son chauffeur VIP

    Par
    Marine Le Pen et Florian Philippot, le 17 janvier 2017 à Strasbourg. © Reuters/Christian Hartmann Marine Le Pen et Florian Philippot, le 17 janvier 2017 à Strasbourg. © Reuters/Christian Hartmann

    Le Rassemblement national a été condamné le 8 août pour avoir congédié son ancien chauffeur sans cause réelle et sérieuse. Il doit lui verser plus de 20 000 euros d’indemnités et plus de 50 000 euros d’heures supplémentaires non payées. Corvéable à merci pendant près de cinq ans auprès de Florian Philippot et d’autres, il se décrit comme une victime de la guerre au sein du parti frontiste.

  • Pénurie de médicaments: le dangereux business de l’industrie pharmaceutique

    Par
     © Reuters © Reuters

    La ministre de la santé doit annoncer ce lundi un plan anti-pénurie de médicaments. Il y a urgence : la France connaît douze fois plus de ruptures de stock de remèdes vitaux qu’il y a dix ans. La raison ? Les laboratoires délaissent les médicaments les moins rentables et sous-traitent en Asie.

  • Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires

    Par
    Irène Frachon montre une boîte de Mediator, le 14 mai 2012. © Reuters Irène Frachon montre une boîte de Mediator, le 14 mai 2012. © Reuters

    L’affaire du Mediator, des pilules troisième génération, de la Dépakine, du Levothyrox, de l’Androcur… À chaque fois, les femmes sont les plus touchées. En cause ? Des dérives de prescriptions à visées esthétiques, une moindre recherche des effets secondaires propres à leur métabolisme ou encore sur la contraception.

  • Don du sang: des investisseurs privés arrivent, la recherche publique freinée

    Par
    Nicolas Leray, donneur de plasma, et Bénédicte Capron, infirmière à l'EFS, à Paris. © RLS Nicolas Leray, donneur de plasma, et Bénédicte Capron, infirmière à l'EFS, à Paris. © RLS

    LFB, le fabricant français de médicaments à partir de dérivés du sang, ouvrira son capital à des investisseurs privés d’ici à la fin de l’année. La nouvelle direction entend tripler sa production à partir de 2024, se concentrer sur les remèdes et les marchés les plus rentables. Quitte à se fournir de plus en plus en plasma à l’étranger, où les donneurs sont payés. En France, le débat sur l’indemnisation est relancé.

  • Les petits-enfants Dépakine: une nouvelle génération de victimes du médicament?

    Par

    Près de 100 petits-enfants de femmes qui ont pris de la Dépakine pendant leur grossesse présentent de graves malformations ou troubles neuro-développementaux, selon les informations recueillies par Mediapart. L’association de victimes Apesac demande en vain au ministère une étude sur les potentiels effets transgénérationnels du médicament.

  • Les victimes d’un médicament antipilosité poursuivent le laboratoire Bayer

    Par
     © DR © DR

    Androcur, traitement destiné à réduire la pilosité, a été détourné pour être prescrit en cas d’acné et comme contraceptif, alors qu’il provoque des tumeurs au cerveau. Au moins 500 cas ont été recensés dans l’Hexagone en dix ans. Selon nos informations, pour la première fois, trois victimes ont déposé un recours en justice contre Bayer, le fabricant de ce médicament pris par 89 000 Françaises.

  • Les victimes d’un traitement anti-calvitie poursuivent le laboratoire MSD

    Par
    capture-d-e-cran-2019-03-12-a-18-13-20

    Le Propecia®, un médicament à base de finastéride contre la chute des cheveux, provoque des dépressions et des troubles sexuels. Selon nos informations, pour la première fois, trois Français ont déposé un recours en justice contre le laboratoire MSD, alors que 30 000 Français prennent ce traitement et que des associations lui imputent plusieurs dizaines de suicides dans le monde. L’audience aura lieu le 4 juin.