«La République est peu démocratique, et de moins en moins sociale»

Par
Alors que la campagne présidentielle se dessine, l'historienne Michèle Riot-Sarcey déplore le manque de souffle des différents programmes politiques en concurrence. Et s'alarme de la perte de cette audace utopique qui animait le projet socialiste à ses origines historiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qui se souvient qu'à l'origine des pensées socialistes, au début du XIXe siècle, se trouvaient des élans utopistes qui recouvraient une large audience? Qu'à cette époque la volonté de transformer radicalement les rapports sociaux pour améliorer la condition politique de l'homme ne relevait pas du gentil conte ou de la rêverie improbable? Pas la gauche actuelle, si l'on en croit l'historienne Michèle Riot-Sarcey, spécialiste de la pensée politique et de l'histoire révolutionnaire, pour qui il est urgent de réiventer des formes d'organisations politiques réellement démocratiques.