Le H écarlate de Mehdi Charef

Par

Dans son roman, Mehdi Charef offre au lecteur un détour par l’histoire algérienne, douloureuse et tragique, à travers le destin d’Azzedine, le harki follement épris de Meriem, son épouse. Elle endossera avec lui la lourdeur du choix et quittera son pays pour arriver en France, où le couple devra s’acquitter du tribut de la trahison. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

S’engouffrer dans les replis de l’histoire franco-algérienne équivaut à déplier un accordéon. Tous les pans sont séparés mais intimement imbriqués. Le romancier Mehdi Charef s’attaque à un versant polémique, comme tout ou presque de ce qui a trait à cette guerre jamais vraiment digérée des deux côtés de la Méditerranée, et dont la mémoire n'a jamais été totalement apaisée. Dans Le Harki de Meriem, paru une première fois en 1989, réédité en 2016 par les éditions Agone, l’auteur s’attache à suivre l’itinéraire d’Azzedine, qui a rejoint les rangs de ces supplétifs pour la raison la plus prosaïque du monde, à savoir nourrir sa famille.