Au détour des livres 2016

L’équipe de Mediapart vous propose de découvrir des livres, essais ou romans, qui lui ont particulièrement plu. Des livres parus ou réédités depuis l’été dernier, qui pour certains n’ont pas eu l’écho qu’ils auraient pu avoir.

Gigi Riva ou le sens footballistique du tragique

Par

Un tir au but peut-il changer le cours de l’Histoire ? Avec Le Dernier Penalty (Seuil), l’auteur italien – homonyme d’un grand joueur des années 1960 – revient 25 ans plus tard sur les derniers jours de la Yougoslavie multiethnique, laissant entrevoir l’imminence de la guerre par l’entrebâillement d’une porte de vestiaire, celui de l’équipe nationale lors de la coupe du monde de 1990 en Italie.

Velibor Čolić ou les mots de l’exilé

Par
Velibor Čolić © Laurent Geslin Velibor Čolić © Laurent Geslin

Avec Manuel d’exil, l’écrivain d’origine bosnienne revient sur les premières années de son exil en France quand la guerre faisait rage dans les Balkans. Le roman d’un soldat et d’un réfugié, d’un jeune homme qui murmure des complaintes « stupides et enfantines »

Derrière la propagande, les fantômes de Tripoli

Par

Dans un essai à quatre mains, qui puise sa matière dans un photoreportage réalisé en Libye au début du XXe siècle, les écrivains Jérôme Ferrari et Oliver Rohe interrogent notre relation à l’image de guerre et aux racolages idéologiques qu’elle véhicule.

Paul Gauguin l’anticolonialiste

Par

C’est un livre qui ressemble à son sujet. Il échappe à tous les poncifs. Gauguin aux Marquises de Laure Dominique Agniel nous raconte un artiste incontournable, qui brûle ses derniers jours dans un chapelet d’îles aujourd’hui à la mode. Il en ressort le portrait brut et parfois brutal d’une force de la nature, d’une époque, et d’un peuple piétiné par la colonisation.

Devenir lent avec Patrick Boucheron pour saisir l’époque

Par
capture-d-e-cran-2016-08-11-a-07-33-12

Avec Ce que peut l’histoire, sa « leçon inaugurale » au Collège de France parue en librairie, l’historien médiéviste Patrick Boucheron a fait plus qu’un discours. Il a, en 72 pages serrées et ardentes, conçu un manuel de survie intellectuelle pour fendre l’épaisse brume de notre époque.

«Vilnius Poker», la quinte de la Lituanie

Par Julie Escamez

Mort en 2002 d’une crise cardiaque dans des circonstances troubles, l’écrivain lituanien Ricardas Gavelis a laissé derrière lui une œuvre qui a ébranlé les consciences de ses contemporains. Vilnius Poker, rédigé dans les années 1980 et traduit récemment en français, est l’un de ses romans les plus clivants.

Jean-Paul Goux accroche la vie et crochète la mort

Par

Dans L’ombre s’allonge (Actes Sud), Jean-Paul Goux, romancier des retraits énigmatiques et des anfractuosités combattantes, s’attache au fil ténu et tenace d’une existence possédée de culture. Mais dépossédée de tout, hormis la conscience des lieux…

La sévère leçon de choses de Jean-Louis Giovannoni

Par

Connu surtout comme poète, Jean-Louis Giovannoni livre dans Sous le seuil des tableaux saisissants sur la façon dont le monde naturel réputé le plus nuisible pourrait nous restituer à nous-mêmes.

Les quatre saisons très humaines de Cyril Pedrosa

Par
 © Cyril Pedrosa. Dupuis © Cyril Pedrosa. Dupuis

Dans Les Équinoxes, l'auteur de BD livre pudiquement quelques bribes d'existence de personnages ordinaires, et néanmoins passionnants. Un roman graphique à la maîtrise narrative et technique exceptionnelle.

Science contre religion, une histoire qui repart

Alors que se multiplient les interventions publiques mettant en cause la théorie de l'évolution, l'historien Yves Gringas analyse plusieurs siècles de relations conflictuelles entre sciences et religions.

Iain Banks chante l’inanité de l’être

Par

À travers les thèmes de la guerre, de l’exil, de l’amour et de la perversion, l’écrivain écossais Iain Banks peint avec Un chant de pierre une fresque poétique cruelle et inquiétante, à une époque imprécise qui tient autant du médiéval que du contemporain et fait du roman une parabole de la barbarie moderne.

Le «fidèle Rouslan» apprend à revivre après le goulag

Par
51destmvhvl-sx303-bo1-204-203-200

Comment s’adapter à la liberté quand on a été un chien de garde habitué à marcher au pas ? Le brûlot de l’opposant Gueorgui Vladimov sur l’univers concentrationnaire soviétique. 

Le H écarlate de Mehdi Charef

Par

Dans son roman, Mehdi Charef offre au lecteur un détour par l’histoire algérienne, douloureuse et tragique, à travers le destin d’Azzedine, le harki follement épris de Meriem, son épouse. Elle endossera avec lui la lourdeur du choix et quittera son pays pour arriver en France, où le couple devra s’acquitter du tribut de la trahison. 

«Rien où poser sa tête», une définition de l’exil

Par
capture-d-e-cran-2016-07-20-a-13-53-53-1

Dans un livre retrouvé par hasard, Françoise Frenkel raconte sa vie de réfugiée entre 1939 et 1943, fuyant l'Allemagne nazie et la France occupée. Rien où poser sa tête, réédité en 2015, explore les affres à la fois existentielles et quotidiennes de l'exil.

Le monde désenchanté d’António Lobo Antunes

Par
Photogramme de "La Dame de Shanghai" Photogramme de "La Dame de Shanghai"

Cela fait longtemps qu’António Lobo Antunes aurait dû recevoir le prix Nobel. De la nature des dieux, paru ce printemps, revient faire sonner à nos oreilles sa prose serpentine.

Dans «M Train», Patti Smith en voyage introspectif

Par
 © Reuters © Reuters


Dans M Train, son deuxième livre autobiographique, la chanteuse et poète évoque tout haut ses réflexions sur le passage du temps, la perte des êtres chers, et la difficulté de « continuer à vivre longtemps après eux ».
Un récit mélancolique et méditatif.

Des femmes devenues hommes

Par

Elles ont fait le choix de devenir hommes : la tradition dure depuis des siècles dans le nord de l'Albanie. Une étude d'Antonia Young éclaire comment le masculin et le féminin sont aussi le fruit d'une construction sociale.

Ce que saboter veut dire

Par Nicolas Chevassus-au-Louis
capture-d-e-cran-2016-07-19-a-10-12-46

L’équipe de Mediapart vous propose tout l’été de découvrir des essais et des romans qui lui ont plu. Voici la première chronique, au hasard de nos subjectivités. L’historien Sébastien Albertelli décrypte les usages du sabotage, du mouvement ouvrier à la Résistance.