Face aux algorithmes, «défendre les médiocres et ceux qui sont dans la moyenne»

Par

Deuxième article d’une série consacrée aux algorithmes et à leur utilisation par les pouvoirs publics. Pour le sociologue Dominique Cardon, l’algorithme accompagne l’évolution d’une société marquée par une individualisation des rapports et une dérive vers la méritocratie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Algorithme » est devenu un des principaux mots-totems de notre société, un terme mystérieux dont peu de gens sont capables de donner une définition claire mais investi d’un fort pouvoir symbolique. L’algorithme est censé être partout dans notre quotidien. C’est lui qui oriente nos recherches sur Internet, qui nous dit quoi écouter, quoi regarder, quels articles lire, quels livres acheter. Bientôt, c’est grâce à lui que nous trouverons un emploi, que la police arrêtera les criminels et, plus globalement, c’est lui qui guidera les politiques publiques. C’est également lui qui se trouve au centre des principales critiques contre le développement des nouvelles formes de contrôle, le « capitalisme de surveillance » ou encore la « gouvernementalité algorithmique ». Il est lié aux grandes craintes contemporaines : celles d’un développement incontrôlé des intelligences artificielles et d’une « dictature des algorithmes ».