Les «mauvaises filles» de l’après-guerre, symboles d’une justice genrée

Qui sont les « mauvaises filles » de l’après-guerre, placées ou enfermées par les juges des enfants ? Que nous disent-elles des normes sociales qui pèsent encore aujourd’hui sur les femmes ? Entretien avec l’historienne Véronique Blanchard, qui fait entendre la voix de ces adolescentes dans un livre sorti cette semaine.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Dans le livre Vagabondes, voleuses, vicieuses. Adolescentes sous contrôle de la Libération à la libération sexuelle, l’historienne Véronique Blanchard fait revivre les mots des jeunes filles de l’après-guerre placées sous main de justice. Elle-même ancienne éducatrice à la protection judiciaire de la jeunesse, l’autrice a épluché pour sa thèse 460 dossiers des archives du tribunal de l'ancien département de la Seine, à l’époque le plus important de France.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal