Les gauches sont-elles aveugles à un «antisémitisme musulman»?

Par

Pour Antoine Gallimard, « l’antisémitisme n’est plus du côté des chrétiens mais des musulmans ». Sur quoi se fonde cette vulgate de plus en plus répandue ? Et les gauches ont-elles perdu leur radar sur le sujet en raison d’œillères sociologiques ou idéologiques ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a un peu plus de deux ans, en octobre 2015, l’historien Georges Bensoussan, responsable au Mémorial de la Shoah et auteur sous pseudo des Territoires perdus de la République, affirmait sur France Culture que « dans les familles arabes en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, l’antisémitisme, on le tète avec le lait de sa mère ». Il était alors poursuivi en justice et on retrouvait sur le banc des parties civiles le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (MRAP), la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra), la Ligue des droits de l’homme (LDH), SOS-Racisme et le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF).