Ken Loach: «Avec Corbyn, un moment crucial de notre histoire»

Par et

À 80 ans, Ken Loach reste un infatigable militant de la cause anticapitaliste. Alors que sort Moi, Daniel Blake, entretien politique avec le cinéaste autour du Brexit et de la première année de Jeremy Corbyn à la tête du Labour.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le cinéma de Ken Loach divise, y compris les cinéphiles penchant à gauche. Beaucoup lui reprochent, pour ce qui concerne ses films sur la Grande-Bretagne contemporaine, son idéalisation de la classe ouvrière, quitte à la filmer sans nuance ni complexité, de façon lacrymale ou empesée, ne rechignant jamais à certaines facilités scénaristiques pour la mettre en scène, voire même son refus politique de l'art (lire l'article d'Emmanuel Burdeau). On ne touche pas aux « working class heroes » du quotidien, où tout n’est le plus souvent qu’altruisme et solidarité, rarement de comportements coupables ou de divisions, et où l'esthétique cinématographique et les effets de mise en scène n'auraient pas leur place…