L’éco-républicanisme existe, Serge Audier l’a théorisé

Par

Dans La Cité écologique, le philosophe affirme que l’anthropocène est aussi un « moment républicain ». Il nous incite à repenser des intérêts et un monde communs, sans nier la conflictualité de la société. Une approche à mille lieues de la parade conservatrice autour de la République comme totem.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’écologie politique et l’idée républicaine sont-elles compatibles ? À première vue, les terrains de rencontre sont rares et conflictuels. On peut en trouver des illustrations passablement caricaturales, comme la polémique déclenchée par la maire de Paris, Anne Hidalgo, en novembre 2020, lorsqu’elle a sommé les écologistes de clarifier leur rapport à la République. Mais de façon plus sérieuse et profonde, l’écologie politique et le républicanisme dominant s’inscrivent de facto dans des histoires militantes et intellectuelles éloignées, voire divergentes.