Contre la loi sur le travail, étudiants et lycéens répondent présent

Les amendements du gouvernement à la loi sur le travail n’ont pas enrayé la dynamique de mobilisation étudiante ce jeudi 17 mars 2016. Si le nombre de manifestants est moindre que la semaine dernière, la jeunesse s’est plus mobilisée partout en France.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce n’est pas le grand soir, mais le crépuscule est encore possible pour le gouvernement. À l’issue d’une deuxième journée de mobilisation contre la loi sur le travail ce jeudi, la jeunesse reste mobilisée dans la rue. Moins nombreux que la semaine passée, les cortèges organisés partout en France ont toutefois été bien plus majoritairement composés d’étudiants et de lycéens. Pour l’Unef toutefois, la « mobilisation a pris de l'ampleur par rapport au 9 mars ».

Le mouvement étudiant annonce le chiffre de 150 000 “jeunes manifestants”, la mobilisation de 200 lycées (contre 150 la semaine dernière) et un nombre de manifestants dans les cortèges étudiants en progression (« de 5 000 à 12 000 à Rennes, de 5 000 à 10 000 à Lyon, de 4 000 à 6 000 à Toulouse, de 1 500 à 3 000 à Clermont-Ferrand »). Toutes les organisations de jeunesse, étudiantes comme lycéennes ou politiques, disent leur volonté d’amplifier le mouvement. « Le mouvement des jeunes s’organise et va s’inscrire dans la durée », assure par exemple la Fidl dans un communiqué.