À la Samaritaine, des vendeuses épuisées dénoncent un management violent

Depuis la réouverture en grande pompe de la Samaritaine, en juin 2021, les vendeuses ont rapidement déchanté. Aussi peu payées que considérées, elles racontent un management souvent violent, parlant parfois de « harcèlement ».

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Du grand magasin parisien racheté par LVMH, on connaît les belles devantures, la grande verrière, les dorures et le fameux slogan : « On trouve tout à la Samaritaine. » Au vu des nombreux témoignages de souffrance au travail, on pourrait ajouter qu’on y trouve surtout un personnel apeuré, en arrêt maladie ou sur le départ. 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal