«On va faire baisser le chômage, mais augmenter la pauvreté laborieuse»

Le gouvernement l'a promis, il fera tout dans ses futures réformes pour favoriser une meilleure « employabilité » des jeunes, des demandeurs d'emploi, des salariés. Décryptage avec le sociologue Dominique Glaymann.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

C’est un barbarisme qui a le vent en poupe. L’employabilité, c'est la capacité qu’auraient les individus à résister face au chômage, en faisant des choix éclairés tout au long de leur vie et en s’adaptant au marché du travail. Le concept est au cœur des réformes de la formation professionnelle et de l’assurance-chômage appelées de ses vœux par l’exécutif, après la fin des négociations syndicales sur ces deux chantiers. Les deux projets sur la table vont insister sur l’individualisation (par le renforcement du compte personnel de formation) et la responsabilisation (par le durcissement du contrôle des chômeurs).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal