En politique étrangère, Valérie Pécresse préfère la continuité à l’originalité

Au fil de la campagne, la candidate LR a précisé sa doctrine diplomatique. En dépit des tentations pro-russes d’une partie de son camp, elle est restée fidèle à sa ligne pro-européenne, et inscrit ses pas dans ceux des précédents chefs de l’État…, dont Emmanuel Macron.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Au soir de l’invasion russe en Ukraine, Valérie Pécresse n’a pas mâché ses mots contre un Vladimir Poutine « se comportant en dictateur ». En direct sur France 2, elle a appelé à « des sanctions réellement dissuasives » et à la fourniture de « moyens défensifs » à l’Ukraine. Déjà, le 19 février, elle prônait « un discours d’une fermeté d’acier » face à la Russie, estimant qu’il fallait « du dialogue mais aussi du rapport de force ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal