A Saint-Louis, la douloureuse fabrication d’un créole calédonien

Par

À trois mois du référendum sur l’indépendance, Mediapart part à la rencontre des peuples calédoniens, au-delà de l’opposition éculée Kanak-Caldoches. Premier volet chez les Kanak de Saint-Louis, une tribu à la mauvaise réputation, à l’histoire tourmentée, que des décennies de souffrances et d’histoire coloniale ont poussée à la création d’une langue, le tayo.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« J'espère que les cousins de Saint-Louis ne vont pas gâcher mon référendum ! Je l'attends depuis 30 ans ! » C'est de cette façon – et sur le ton de l'humour complice avec le public calédonien – que la journaliste et écrivain Jenny Briffa commence son spectacle consacré au référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, prévu pour le 4 novembre 2018.