Nouvelle-Calédonie: une défaite au goût de victoire pour les indépendantistes

Au lendemain du référendum historique sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, les vaincus sont heureux et les vainqueurs mécontents. En visite dans l’archipel, le premier ministre a pris rendez-vous avec les forces politiques pour un comité des signataires de l’accord de Nouméa, en décembre, à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nouvelle-Calédonie, envoyés spéciaux. – La nuit qui a clos le jour pendant lequel la Nouvelle-Calédonie a, pour la première fois dans l’histoire du pays, voté sur son indépendance en se prononçant contre elle, a été étrange. À Nouméa, les seules voitures pavoisant affichaient les couleurs de la Kanaky, tandis que les drapeaux tricolores étaient restés à la maison. Le paradoxe de ce lendemain de scrutin, où les vaincus affichent leurs sourires et les vainqueurs leurs divisions, reflète la situation singulière d’un pays qui vient de se prononcer contre l’indépendance tout en assistant à une dynamique inédite des indépendantistes.