A Avignon, les guides-conférenciers demandent de la reconnaissance et du travail

Par Cécile Hautefeuille

À Avignon, la fréquentation des principaux sites touristiques est en chute libre. Des dizaines de guides-conférenciers sont privés de travail. Si certains, au prix d’une lutte acharnée, ont récemment obtenu le chômage partiel, d’autres restent sur le carreau. Ou quittent le métier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avignon (Vaucluse).– Leurs masques sont barrés d’une croix noire. Symbole de leur profession « invisible et à l’arrêt ». Accrochées à leur cou, des pancartes décrivent leur situation. « Guide-conférencière quadrilingue, 30 ans de CDD », « Ci-gît un guide-conférencier, en attente de résurrection du tourisme ». Derrière eux se dresse l’imposant palais des Papes d’Avignon, le plus grand palais gothique du Moyen Âge, résidence des souverains pontifes au XIVe siècle. Devant eux passent de rares touristes. Surpris par cette action matinale, ils pressent le pas pour entrer dans l’édifice.