Claude Guéant, porte-drapeau des thèses de l’extrême droite

Par
Dérapages? Non. Maladresses? Non plus. Le premier flic de France agit en connaissance de cause quand il s'empare des questions migratoires et religieuses. Ses déclarations construisent un paysage idéologique cohérent salué par Marine Le Pen.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec Claude Guéant, la droite majoritaire n'est plus qu'à un pas de l'immigration zéro prônée par le FN. Musulmans, immigration, France, croisade: depuis son entrée en fonction le 27 février, le ministre de l'intérieur braconne sur les terres de l'extrême droite. Méthodiquement: la récurrence de ses déclarations empêche de les considérer comme des dérapages. Mises bout à bout, elles construisent un paysage idéologique cohérent salué par Marine Le Pen qui a symboliquement délivré à l'ex-préfet le titre d'«adhérent d'honneur» de son parti.