Une infirmière qui quitte le service réanimation: «Je pars avec un goût d’inachevé»

Par

Alors que la pression sur les services de réanimation s’intensifie, Mediapart dresse le portrait des travailleurs de première ligne qui s’y démènent et des métiers invisibles qui s’y exercent. Aujourd’hui, Charlotte Bellotti, infirmière ayant quitté la « réa ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«J’ai fini par partir de la réanimation de Saint-Louis. Mon médecin, qui m’avait déjà fait un arrêt maladie, m’a poussée à me signaler à la médecine du travail, qui m’a aidée à prendre cette décision très difficile pour moi qui aimais la réanimation. Mais j’étais à bout physiquement et mentalement. Je suis quelqu’un de très investie dans mon travail, et je ne me suis pas assez écoutée. Je suis allée au-delà de mes limites.