A Palombaggia, la fin de l'âge d'or des paillotes

Par

Sur la plus belle plage de Corse, la spéculation immobilière se nourrit de l’occupation illicite du domaine public maritime. Pendant des années, le restaurant de plage U Tamaricciu a prospéré grâce aux matelas installés sur le sable, en contravention avec les décrets et loi qui régissent le domaine public maritime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sur la plage de Palombaggia, en Corse-du-Sud, cet été, les promeneurs peuvent enfin circuler librement sans être obligés de se mouiller les pieds pour éviter les transats et les parasols que les restaurateurs avaient pris l’habitude depuis des années d’étaler jusqu’à la mer. Une petite révolution sur la plus belle plage de Corse où les commerçants se sont enfin pliés aux règles qui régissent le domaine public maritime, après des années de passe-droits et de laisser-faire et au terme d’un bras de fer engagé depuis 2018 avec les représentants de l’État.