L'affaire Ferrand illustre l'absence d'indépendance du parquet

Par

Relancée par Anticor, l'affaire Richard Ferrand avait été classée sans suite par le procureur de Brest en 2017. Menacées de toutes parts, les associations anticorruption pourront-elles pallier encore longtemps l'inertie de certains parquets ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La mise en examen de Richard Ferrand par trois juges d'instruction indépendants révèle, en filigrane, les tares du parquet à la française. C'est qu'avant d'être relancée par une plainte d'Anticor, l'affaire avait été classée sans suite par le procureur de Brest, après une analyse du dossier effectuée en étroite collaboration avec sa hiérarchie et la Place Vendôme.