Un syndicat de police demande le dépaysement de l’affaire Benalla

Par , et

Le syndicat de police Vigi, partie civile dans le dossier Benalla, dénonce de multiples anomalies dans la conduite de l’enquête judiciaire et la trop grande proximité entre le procureur de Paris et le pouvoir politique. Il réclame le dépaysement du dossier.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le syndicat de police Vigi, partie civile dans le volet de l’affaire Benalla qui porte sur les violences du 1er Mai, a officiellement demandé, mercredi 13 février, à la procureure générale de Paris le dépaysement du dossier, dénonçant de multiples anomalies dans la conduite des investigations.