Attentat de Nice: toujours aucune réponse sur les repérages du terroriste

Par et

Un an après l’attentat du 14-Juillet à Nice, qui a fait 86 morts, Christian Estrosi poursuit sa quête de « vérité », sans jamais répondre aux questions posées par les nombreux repérages du terroriste les jours précédant son crime, sous l’œil des caméras de vidéosurveillance de la ville. Personne n’avait alors réagi.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Un an après, son discours n’a pas varié d’une virgule. Christian Estrosi le dit et le répète : la « colère » des victimes de l’attentat de Nice, qui a fait 86 morts, « ne pourra pour partie s’apaiser […] que si toute la vérité est faite » sur les mesures de sécurité déployées sur la promenade des Anglais le soir du 14-Juillet 2016. Cette vérité, lui la cherche invariablement ailleurs. En particulier du côté du gouvernement de l’époque, et de son ministre de l’intérieur Bernard Cazeneuve, qu’il n’a eu de cesse d’étriller, pour mieux masquer les ratés de sa propre politique sécuritaire.