Bygmalion: le second procès de Sarkozy risque d’être renvoyé

Par

Le procès de l’affaire Bygmalion, qui porte sur l'explosion du compte de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012 et le système de fausses factures ayant permis de la dissimuler, doit s’ouvrir mercredi 17 mars, mais risque d’être renvoyé. L’avocat de Jérôme Lavrilleux, son ex-directeur de campagne adjoint, est hospitalisé.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les procès en correctionnelle se succèdent pour Nicolas Sarkozy. À peine condamné le 1er mars à trois ans de prison dont un ferme pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire dite « Paul Bismuth » — il a fait appel —, l’ancien chef de l’État doit à nouveau comparaître, ce mercredi 17 mars, au tribunal judiciaire de Paris. Il s’agit cette fois du procès de l’affaire Bygmalion, qui concerne l’élection présidentielle (perdue) de 2012.