La déclaration d’intérêts fantôme du n°2 de l’Elysée Alexis Kohler

Par et

Lors d’une perquisition au ministère de la transition écologique et solidaire, la police judiciaire, qui souhaitait saisir la déclaration d’intérêts d’Alexis Kohler du temps où il siégeait au conseil de surveillance du port du Havre, ne l’a pas trouvée. Le document a-t-il été caché ? Ou bien le collaborateur d’Emmanuel Macron aurait-il évité de la remplir ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte le lundi 4 juin par le Parquet national financier (lire notre article ici), à la suite des révélations de Mediapart sur le secrétaire général de l’Élysée Alexis Kohler et ses relations cachées avec le groupe de sa famille, Mediterranean Shipping Company (MSC), la brigade de la répression de la délinquance économique de la préfecture de Paris, qui a été chargée de l’enquête, a buté, dans le creux de l’été, sur une difficulté imprévue : lors de sa perquisition, le 17 août, dans une des directions du ministère de la transition écologique (voir notre article), elle n’a pas pu trouver la déclaration d’intérêts d’Alexis Kohler en tant qu’administrateur du Grand port maritime du Havre (GPMH).