La vie en réanimation (5/5). «Le sentiment que l’ennemi a sans arrêt une longueur d’avance»

Par

Troisième vague, vaccination, variants… Entretien sur l’année écoulée et celle qui se prépare avec Elie Azoulay, chef du service de médecine intensive et de réanimation à l’hôpital Saint-Louis, à Paris. Alors que « certains [confrères] commencent à voir revenir des patients qui avaient déjà fait un Covid... »

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors que la tension pèse à nouveau sur l’hôpital et que les variants du virus inquiètent, le professeur Elie Azoulay, chef du service de médecine intensive et de réanimation de l’hôpital Saint-Louis à Paris, revient sur l’année écoulée, depuis la première vague du nouveau coronavirus : sentiment de vivre dans la « Cité des Dômes », virus pervers, surcroît de travail ou pénuries. Mais aussi réorganisation rapide et efficace de l’hôpital, dialogues entre collègues transformés, recherche clinique inédite, évolutions thérapeutiques… Entretien.