2006-2016: la chute de la «maison Duflot»

Par et

Éliminée dès le premier tour de la primaire d'EELV, l'ancienne ministre du logement est une des responsables politiques les plus attaquées et les plus détestées de France. Elle paie une image négative au sein d’un parti qu’elle a dirigé avec des méthodes contestées, le bilan du gouvernement et les impasses stratégiques de sa formation.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Il y a une malédiction chez les Verts. La gloire ne dure que dix ans. » Cette phrase, le député écologiste Sergio Coronado l’a parfois répétée à Cécile Duflot ces derniers mois. Entre un PS moribond et Jean-Luc Mélenchon, l’ancienne ministre du logement de François Hollande croyait pourtant en ses chances pour 2017. Au soir du premier tour de la primaire écologiste, elle a dû déchanter. Avec 24,41 % des voix seulement, elle est sèchement éliminée dès le premier tour. Le deuxième tour se jouera entre ses rivaux, les eurodéputés Yannick Jadot et Michèle Rivasi (lire notre article).