Les 7 péchés capitaux du sarkozysme: 1-L'envie

Par

Parmi les sept péchés capitaux de la Sarkozie, l'envie (de pouvoir). Un pouvoir au prix de l'extrême droite au pouvoir. Pendant ce quinquennat, l'UMP a couru après le Front national, quand elle ne l'a pas devancé sur certaines propositions. L'objectif? Faire diversion et siphonner les voix du FN.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

À quatre mois de la présidentielle, Mediapart revisite les moments clés de la présidence Sarkozy. Ou plutôt, les 7 péchés qui auront fait de cette présidence une caricature de tous les travers de la Ve République et de son présidentialisme. Un président cerné par les affaires (la gourmandise), en échec sur le pouvoir d'achat (l'avarice), au vernis culturel démenti chaque jour (la paresse), au service des riches (la luxure) et à l'égo surdimensionné (l'orgueil). Un président qui n'a pas retenu les leçons de ses échecs diplomatiques (la colère) et qui est prêt à diffuser les idées de l'extrême droite pour garder le pouvoir (l'envie). Afin de poursuivre cette revisite du quinquennat, Mediapart publie le 19 janvier prochain Finissons-en!, Faits et gestes de la présidence Sarkozy (vol.2) − aux éditions Don Quichotte −, qui dresse l'inventaire détaillé de cette présidence, avec une chronologie de quelque 300 dates et une cinquantaine d'articles rédigés par l'ensemble de la rédaction. Un travail minutieux et exhaustif, suite directe du premier ouvrage collectif de Mediapart, N'oubliez pas!, bilan du sarkozysme à mi-mandat.