Procès Bygmalion: sauve qui peut!

Par

Les anciens dirigeants de Bygmalion n'entendent pas tous porter le chapeau pour l'énorme dépassement des dépenses de campagne du candidat Sarkozy en 2012. L'un d'eux, Franck Attal, se rebiffe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chacun pour soi. Neuf ans après la folle campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012 (finalement perdue), aucun des quatorze prévenus de l’affaire Bygmalion n’entend porter le chapeau pour les irrégularités financières découvertes après coup.