Les Balkans dans le piège de la «nouvelle guerre froide»

Par , et Simon Rico

Ballottés entre la Russie, la Turquie et l'UE, les Balkans sont redevenus un terrain de jeu pour la confrontation des grandes puissances. Dernier épisode : l’invraisemblable scénario du « coup d’État pro-russe » raté au Monténégro.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Monténégro, de nos envoyés spéciaux.-  La troisième guerre mondiale a commencé au Monténégro. Personne ne le sait encore en dehors de ce tout petit pays des Balkans (620 000 habitants), mais c’est pourtant ce que martèlent chaque jour et depuis des semaines les médias liés au régime du premier ministre Milo Djukanovic, notamment l’omniprésente télévision Pink. Le 16 octobre dernier se tenaient des élections législatives à l’issue très incertaine : pour la première fois, le régime de l’inamovible homme fort du pays, au pouvoir depuis 1991, semblait sérieusement menacé. Alors que les bureaux de vote venaient d’ouvrir, les habitants de la capitale Podgorica ont été réveillés par un incessant ballet de voitures de police, qui quadrillaient la ville toutes sirènes hurlantes.