Alger, capitale de l’ennui

Par

En cette année du cinquantenaire de son indépendance, la si belle capitale algérienne est plongée dans un coma culturel, social, issu davantage du conservatisme et du laisser-aller des autorités que d’une islamisation spectaculaire de la société. De notre envoyé spécial en Algérie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyé spécial en Algérie.