Kosovo: voyage au pays des Gorani

Par , et Simon Rico

Au Kosovo, ne vivent pas que des Albanais et des Serbes, mais aussi des « petits peuples » à l’identité malmenée par le développement des nationalismes. D’origine slave et de religion musulmane, les quelques milliers de Gorani s’accrochent pourtant à leurs traditions. Pour essayer de ne pas disparaître.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Les Albanais ne veulent plus acheter nos bêtes : ils disent que ce sont des “moutons slaves” », se désole Erden. Le quadragénaire survit avec sa famille dans une baraque de torchis qui menace de s'effondrer, dans le village de Brod, tout au bout de la dernière vallée habitée de la Gora, en contrebas des plus hauts sommets du massif du Shar. La Gora, la « montagne » dans les langues slaves, est une étrange région, à cheval sur trois pays, sans existence administrative, qui ne figure sur aucune carte, mais dont les frontières sont pourtant précisément délimitées. La Gora, ce sont 19 villages au Kosovo, neuf en Albanie et deux en Macédoine. C’est là que vit un petit peuple slave musulman, à l’identité toujours contestée par ses voisins albanais, serbes ou macédoniens.